Gaston Leroux - Le Mystère de la chambre jaune

Publié le par Calliope

Edition : LDP – N°547 – 280 pages  Chambre jaune

ISBN : 978-2-253-00549-0

Date : 1908

 

Quatrième de couverture

 

La porte de la chambre fermée à clef « de l’intérieur », les volets de l’unique fenêtre fermés, eux aussi, « de l’intérieur », pas de cheminée…

Qui a tenté de tuer Mlle Stangerson et, surtout, par où l’assassin a-t-il pu quitter la chambre jaune ?

C’est le jeune reporter Rouletabille, limier surdoué raisonnant par « le bon bout de la raison, ce bon bout que l’on reconnaît à ce que rien ne peut le faire craquer », qui va trouver la solution de cet affolant problème, au terme d’une enquête fertile en aventures et en rebondissements.

Tenant en haleine le lecteur de la première à la dernière page, Le Mystère de la chambre jaune est devenu un classique du roman criminel.

 

Avis

 

L’affaire de la chambre jaune a de quoi laisser perplexe : comment un meurtrier peut-il s’échapper, s’évaporer même, d’une pièce fermée de l’intérieur ? C’est toute la question que se pose le jeune Rouletabille, qui malgré ses 18 ans, montre beaucoup d’intelligence et une certaine audace, notamment pour se faire inviter au Glandier, théâtre du crime, pour mener l’enquête.

Le roman démarre vite avec un article qui relate les événements qui se sont déroulés dans le pavillon des Stangerson dédié à l’étude scientifique. Dès le début, nous connaissons en détail les faits et surtout l’ampleur du mystère.

Rouletabille entre donc en scène accompagné du narrateur, son ami avocat qui tente de raisonner avec lui. Mais le jeune garçon n’est pas seul à enquêter ; le célèbre policier Frédéric Larsan, connu pour avoir résolu des affaires complexes, tente aussi de démasquer le coupable. Bien que Rouletabille admire Larsan, il n’est pas de son avis quand celui-ci porte ses soupçons sur Robert Darzac, le fiancé de Mathide Stangerson. Or les preuves s’accumulent  contre lui.

Evidemment, on cherche comment un tel crime a pu se produire alors qu’il paraît tout simplement impossible, surtout que l’assassin, qui tente d’achever son crime, est totalement insaisissable ; il n’y a qu’à voir la scène de la galerie inexplicable pour s’en rendre compte.

Mais le héros trouvera finalement réponse à cette affaire insoluble en apparence en nous disant qui, pourquoi et surtout comment.

 

Note  

Publié dans Policier - Thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L


Habituellement j'ai un peu de mal avec les policiers de cette "époque" mais celui-ci est vraiment bien passé :)



Répondre
C


N'oublie pas de lire la suite alors avec le parfum de la dame en noir.