Drame en trois actes

Publié le par Calliope

Drame en 3 actesAuteur : Agatha Christie
Titre originale : Three Acts Tragedy
Date : 1934
Pays : Royaume-Uni

→ 

Dès le début, ce roman cherche à s’apparenter à une pièce de théâtre avec une page où les personnages principaux sont cantonnés à la mise en scène, à l’assistance ou aux costumes. Poirot s’occupe modestement des éclairages. Car la plus grande partie du roman se déroule sans lui. Sir Charles Cartwright, grand comédien retraité, continue à jouer l’acteur en-dehors des planches : la vie est une scène et il donne une perpétuelle représentation. Il est donc normal qu’il soit le héros de cette pièce tragique parsemée de cadavres.

Au cours d’une petite soirée donnée par l’acteur, Mr Babbington, pasteur, meurt subitement, un cocktail à la main. Mort naturelle ? Empoisonnement ? Cartwright et son ami Satterthwaite penchent plutôt pour la deuxième option. Et plus encore quand c’est au tour du médecin Strange de succomber dans les mêmes circonstances quelques temps plus tard. Aussitôt les deux hommes enquêtent, assistés de la jeune Pomme Lytton Gore. J’aime son caractère emporté, passionné : folle amoureuse de Cartwright, cette fille n’a pas la fougue de la jeunesse, c’est une vraie enragée de la vie !
Comme à  chaque fois, beaucoup de suspects, pas mal de questions sans réponses et une investigation qui semble insoluble en apparence.

Même si j’ai apprécié cette enquête pour trouver le lien entre les deux morts, et surtout le mobile pour le pasteur, mon Belge m’a manqué. Heureusement, ses réflexions apporteront la lumière (haha!) sur l’affaire.
Je dois dire que finalement c’était assez simple (j’ai compris en même temps que Poirot pour Babbington) et que j’aurais dû trouver le coupable, ne serait-ce qu’à cause de de l’histoire parallèle ; ça m’étonnait que Christie laisse une union pareille se faire.  
Un agréable moment donc avec ce livre qui file la métaphore sur le thème du spectacle.

Publié dans Policier - Thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article