Stephen King - Carrie

Publié le par Calliope

Edition : J'ai lu n°835Carrie
Pages : 248
Date : 1974
ISBN : 978-2-290-33251-4
 

Quatrième de couverture

A dix-sept ans, solitaire, timide et pas vraiment jolie, Carrie White vit un calvaire, victime du fanatisme religieux de sa mère et des moqueries incessantes de ses camarades de classe. Sans compter ce don, cet étrange pouvoir de déplacer les objets à distance, bien qu'elle le maîtrise encore avec difficulté...
Un jour, cependant, la chance paraît lui sourire. Tommy Ross, le seul garçon qui semble la comprendre et l'aimer, l'invite au bal de printemps de l'école. Une marque d'attention qu'elle n'aurait jamais espérée, et peut-être le signe d'un renouveau ! Loin d'être la souillonne que tous fustigent, elle resplendit et se sent renaître à la vie.
Mais c'est compter sans l'aigreur et la mesquinerie des autres élèves. Cette invitation, trop belle pour être vraie, ne cache-t-elle pas un piège plus cruel encore que les autres ?

Mon avis

Et voilà, la quatrième vient de résumer le livre complet ! Il faut dire que le roman est très court et relate les événements peu avant le bal puis la longue nuit d'horreur et de destruction vengeresse.
La situation de Carrie se dresse devant nous, implacable : souffre-douleur de son école et maltraitée par une mère fondamentaliste, un quotidien, une vie intenable. Elle tente de s'intégrer et elle y réussit très bien au bal, le vilain petit canard se transformant en cygne le temps d'un soir, mais le rêve est de courte durée et la soirée vire au cauchemar.
Carrie ne m'a pas fait claquer des dents (pardon, elle était facile, et je ne dois pas être la première à la faire !) mais j'ai ressenti beaucoup de compassion pour elle. Pourtant, impossible de s'attacher. Autant elle a subi des injustices, autant elle fut injuste dans sa vengeance.
Si les événements sont rapidement connus, le suspense est tout de même présent, le récit étant entrecoupé par des extraits de livres, journaux et dépositions ou encore de souvenirs. Pas de longueurs ni de temps perdu, tout est méthodiquement raconté.
L'histoire ne m'a pas transportée et j'ai trouvé que les événements du bal étaient un peu exagérés.
Si ce livre peut donner un peu d'empathie aux gens, tant mieux. Car si le roman me plaît, c'est qu'il reflète une vérité :  l'exclusion, les moqueries plus ou moins douteuses, il y en a toujours eu. C'est malheureusement une chose universelle.
La cruauté de certains ont fait de Carrie un martyr puis un monstre comme eux. Cette fille, par sa normalité est un personnage qu'on n'oublie pas. Et l'image de Carrie couverte de sang errant dans les rues a de quoi rester graver dans la mémoire.

Publié dans Fantastique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

A_girl_from_earth 28/03/2010 00:53


Je regrette tellement de ne pas avoir écrit de billets à l'époque où je lisais des Stephen King. Je les avais tous trouvé géniaux dans l'ensemble, bien palpitants en tout cas! Bon, et bien, bon
courage pour Guerre et Paix, il n'est pas impossible que je tente quand même l'aventure hein!