Léon Tolstoï - La guerre et la paix

Publié le par Calliope

Edition : Folio classique n°287 et n°288 Guerre & Paix 1

Pages : 957 et 988 -> 1945

Date : 1869

ISBN : 978-2-07-042517-4

            978-2-07-042518-1

  → 

 

Mon avis

 

Ouf ! Enfin fini et à temps en plus ! Il est vrai que face à cette oeuvre volumineuse à la densité exceptionnelle, j'ai ressenti quelques appréhensions. Un style lourd, une histoire compliquée, des digressions sans fins...

Mais non, le livre est lisible, assez compréhensible même si parfois les patronymes changent (les prénoms possèdent beaucoup de diminutifs) et en plus l'histoire est entraînante.

Par contre, l'auteur prend parfois la parole pour des considérations historiques ce qui casse le rythme. Et je ne parle pas de la seconde partie de l'épilogue où j'ai eu droit à une véritable dissertation philosophique sur le sujet... que j'ai un peu esquivé, je l'avoue . Guerre & Paix 2

 

Je n'ai pas noté le résumé puisque ce ne sont que des extraits assez peu explicatifs, mais il faut dire que c'est plutôt long à raconter. Disons que l'on suit le destin d'une dizaine de personnages principaux (sans compter les secondaires) pendant les guerres napoléoniennes, de 1805 à 1820 environ.

 

Côté paix, on côtoie l'aristocratie russe qui se partage entre Moscou, Pétersbourg ou la campagne. On assiste à de nombreux bals, aux jeunes amours, aux discussions politiques dans les salons de ces dames, aux projets de mariages, aux petits complots, etc... Bref une véritable plongée dans la société à l'époque d'Alexandre 1er.

 

Côté guerre, on navigue entre les hautes sphères où se décident toutes les stratégies, et les soldats qui sont prêts à tout pour plaire à leur empereur. L'auteur se permet même de les faire intervenir : Napoléon et Alexandre s'expriment devant nous ainsi que d'autres grands personnages. Le premier est sévèrement jugé par Tolstoï, qui ne le considère pas du tout comme ce génial stratège qu'on a tant admiré. C'est vrai qu'il a réussi à prendre Moscou, la ville si chère aux Russes, mais ensuite sa campagne s'est terminée dans la plus grande confusion. C'est surtout ici qu'il se met à expliquer son point de vue sur l'histoire : ça peut-être intéressant mais je n'ai pas été tellement passionnée...

Quant aux batailles, je craignais de ne pas aimer du tout mais finalement ça m'a bien plu.

 

Parmi les personnages qui évoluent tout au long de cette fresque historique, on fréquente principalement les Rostov, les Bolkonsky, les Kouraguine et Pierre Bézoukhov. Ce dernier et le prince André Bolkonsky sont les deux personnages les plus fouillés, les plus intéressants car ce sont les seuls à tenter de chercher un sens, un but à leur vie quand les autres ne sont intéressés que par la fortune, la gloire et le plaisir.

Heureusement tout le monde évolue au fil des événements : Natacha Rostov m'est devenue sympathique sur la fin et la princesse Marie moins agaçante. Pour Nicolas, au contraire je l'ai quitté en l'appréciant moins, mais tout est affaire de goût. En tout cas, je les ai suivi avec plaisir dans leur cheminement jusqu'à une fin qui m'a l'air inachevée...

 

En conclusion,  en surmontant mes craintes d'un ennui mortel à la lecture de ces 1900 pages et quelques, j'ai été happée dans le monde russe du 19e siècle entre le luxe et les plaisirs de l'aristocratie et les boucheries des champs de bataille. Même si les réflexions de l'auteur m'ont parfois coupée dans mon élan, je reste sur une opinion très positive de ce roman.

Et comme il est considéré comme un chef-d'oeuvre absolu, je ne peux que conseiller de le lire.

 

Lu en lecture commune après la proposition de A Girl From Earth (qui finalement s'est désistée) (mais, je ne t'en veux pas ); voir les billets de Keisha, Mango et Zarline.

Publié dans A l'étranger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zarline 30/06/2010 17:03



Cette lecture commune me fait découvrir ton blog et j'en suis ravie. Bravo pour le respect du délai, je vais de ce pas modifier mon billet. Ton avis et et celui de Keisha me motivent à continuer
même si je sens déjà que je vais sauter joyeusement cette seconde partie d'épilogue vu que j'ai déjà de la peine avec les divagations de Pierre...



Calliope 30/06/2010 20:13



Ah cet épilogue ! Pareil pour Pierre, j'ai eu du mal quand il tombe dans la franc-maçonnerie... il y a des passages
comme ça pas toujours emballant mais heureusement dans l'ensemble c'est très bon.


En tout cas merci, ton ravissement me touche ; la lecture commune a vraiment de bons côtés !



keisha 30/06/2010 08:55



Heureusement que A girl m'a alertée ! Quoique ce doit être elle qui t'a entraînée dans l'aventure (et avoir abandonné, tant qu'à faire ), alors je te dis bravo, surtout que dans ton édition il y a plus de pages et ça doit vraiment faire peur au début.


Je t'avoue que je n'ai pas lu non plus la dernbière partie de l'épilogue...


Sinon on découvre un roman assez aisé à lire tout de même. Au sujet des noms, je te signale que Dostoievsky est bien pire à lire, Tolstoi ça va tout seul ou presque.


Bon, si ça te dit de lire Anna Karénine, c'est beaucoup plus court!



Calliope 30/06/2010 15:14



Merci, oui c'est plutôt effrayant au début mais vu sa facilité de lecture, ça passe bien mieux. Tu me fais peur avec Dostoievsky ! mais je tenterais quand même quand l'occasion s'en présentera.


J'ai aussi Anna Karénine dans ma pal, mais je vais laisser un peu de temps s'écouler avant de l'entamer ! J'ai vu quelques billets là-dessus aussi dythirambiques que pour G&P, ça me motivera
!



A_girl_from_earth 29/06/2010 23:33



Je suis vraiment ravie que ce pavé t'ait plu! Je m'en serais voulu de t'avoir entraîner là-dedans sans suivre moi-même!
Ton billet m'a d'ailleurs bien motivée pour m'y plonger un jour, ce n'est que partie remise pour moi donc.


Bravo pour avoir joué le jeu!



Calliope 30/06/2010 15:08



Ce n'est pas grave si tu n'as pas tenté le coup, ça ne sert à rien de se forcer si on ne le sent pas ! Mais si ça t'as assez donné envie, tant mieux !


Comme il était déjà dans mal pal, la lecture commune m'a bien motivée, car vu l'ampleur de la tâche, j'ai eu un peu peur !