Gustave Flaubert - Salammbô

Publié le par Calliope

Edition : Folio n°4205Salammbö

Pages : 426

Date : 1862

ISBN : 978-2-07-030878-1

  → 

 

Quatrième de couverture

 

Il arriva juste au pied de la terrasse. Salammbô était penchée sur la balustrade; ces effroyables prunelles la contemplaient, et la conscience lui surgit de tout ce qu'il avait souffert pour elle. Bien qu'il agonisât, elle le revoyait dans sa tente, à genoux, lui entourant la taille de ses bras, balbutiant des paroles douces ; elle avait soif de les sentir encore, de les entendre; elle ne voulait pas qu'il mourût !  A ce moment-là, Mathô eut un grand tressaillement; elle allait crier. Il s'abattit à la renverse et ne bougea plus.

 

Mon avis

 

Décidemment, Flaubert n'est pas un auteur qui m'aura emballé. J'avais apprécié moyennement Madame Bovary et L'Education sentimentale, il en est de même pour ce dernier roman. Car oui, je n'en lirai pas d'autres (je pense à Bouvard et Pécuchet surtout), ses histoires ne m'emportent jamais vraiment.

 

Avec Salammbô, on change de décor, on part pour l'orient antique et plus précisément pour la cité de Carthage. Comme d'habitude, ça déborde de beauté, de richesse, bref d'extravagance. Ca fait rêver mais à force, ça fait trop.

 Si le titre du roman porte le nom d'une femme, il n'en est guère question... Fille d'Hamilcar et soeur du jeune Hannibal, Salammbô est dévouée à sa déesse Tanit. Très belle, évidemment, elle est pas mal candide mais remplit parfaitement son rôle d'héroïne de tragédie.

 Mathôs, un Barbare, tombe amoureux d'elle. Amour impossible puisque la guerre s'en mêle. D'ailleurs j'ai énormément survolé le livre parce que le récit de batailles ne m'a pas du tout intéressée. Un coup Carthage gagne, un coup ce sont les Mercenaires, et chacun y va de sa barbarie.

J'ai quand même tenu à finir le roman pour savoir comment s'achèvent les destins du couple. Sans cette curiosité, je crois que j'aurais abandonné au tiers.

Je ne peux en parler plus parce que franchement, je suis restée de marbre tout du long. Mais je peux résumer en trois mots : dédadent, atroce, ennuyeux.

Publié dans En français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elsinka 01/03/2011 17:48



Suivant les périodes, on est plus ou moins sensible à telle ou telle lecture ^^



Elsinka 01/03/2011 10:37



Il fut un temps où j'étais allergique à Flaubert, mais depuis, j'aime beaucoup sa façon d'écrire. La première fois que j'ai lu Madame Bovary, par exemple, j'ai réellement cru mourir
d'ennui, c'était une véritable souffrance. En relisant ce roman des années après, je me suis rendu compte que non seulement ce livre était génial, mais qu'en plus, il était bourré d'humour. xD
Avant cette relecture, je m'étais intéressée à Un coeur simple dans le cadre de mon mémoire, que j'avais également bien aimé (et qui, pour le coup, est très court). De Bouvard et
Pécuchet, je n'ai lu que le tout début, dans le cadre d'une explication de texte, et ça me tente bien - mais quand j'aurai plus de temps... lol, sinon je ne vais jamais m'en sortir. Quand à
Salammbô, il fait partie des bouquins que j'ai achetés dernièrement ; donc dès que j'en ai l'occasion, je le lirai, mais pour l'instant, je ne peux pas en dire grand chose. ^^


Bonne journée. =)



Calliope 01/03/2011 15:11



Dans mon souvenir, les Trois contes m'avaient plu. Peut-être pour leur concision, oui.
Il faudra que je relise dans 1O ans alors !  Bonne journée également.



zarline 30/12/2010 09:36



Si ça te rassures, j'avais bien aimé Voyage au bout de la nuit, pas mon livre préféré mais une histoire et une écriture vraiment intéressante. Je me réjouis de lire ton avis ;-)



zarline 28/12/2010 16:50



Comme tu le sais, je ne suis pas très "copine" avec Flaubert et je n'avais pas non plus aimé ce roman. Je pensais que c'était peut-être dû au contexte de la lecture d'école mais en lisant ton
billet, je ne pense pas que je serais plus séduite aujourd'hui. Bref, je passe pour Flaubert, il y a tellement d'autres lectures qui m'attendent.



Calliope 29/12/2010 18:45



Comme je te l'avais déjà dit, c'est plus pour ma culture que j'ai continué avec Flaubert. Je ne sais pas pourquoi mais je veux lire tous les classiques, enfin tous ceux qui ont cette
étiquette. Même ceux qui ne m'attirent pas au premier abord.
J'ai d'ailleurs de grosses craintes pour Voyage au bout de la nuit. Quoiqu'on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Mais il me faut connaître
ces chefs-d'oeuvre, j'aurais l'impression de passer à côté de quelque chose d'important.


Mais tu as raison; il y a tellement de titres alléchants et si peu de temps, pourquoi s'obstiner avec tel ou tel auteur ?! 3 c'est bien déjà ^^