Alexandre Dumas - Pauline

Publié le par Calliope

Edition : Folio – N°3689 – 208 pages  Pauline

ISBN : 978-2-07-041230-X

Date : 1838

 

Quatrième de couverture

 

Pauline est un des premiers romans de Dumas, où Monte-Cristo se trouve en germe. C’est un livre qu’il a écrit seul, et qui se déroule en son temps. La fiction brode sur les thèmes du roman gothique, en « noir », nuit, cottage en ruine, sentes perdues, passages secrets, brigands impitoyables, héroïne enterrée vivante, substitution de cadavres.

Pauline fait face à un bourreau mystérieux, « homme fatal ». C’est le roman d’une jeunesse déboussolée qui tente de se faire une place dans une société mesquine.

 

Avis

 

Nous suivons le récit de trois personnes : Dumas himself , intrigué par ses rencontres furtives avec une triste et mystérieuse femme, son ami Nerval qui l’accompagne et enfin Pauline, l’héroïne. L’auteur, et nous avec, prenons connaissance du destin tragique de cette jeune personne. Dès le début, nous sommes prévenus, et pourtant j’ai tremblé pour Pauline et j’ai souvent eu pitié d’elle.

Femme faible et sensible, elle prend pour de l’amour le sentiment de crainte indicible que lui inspire le comte Horace qui la poursuit de ses assiduités. Ce dernier dont le passé est inconnu se révèle très vite inquiétant. Evidemment, Pauline va découvrir un terrible secret (facile à deviner, il faut l’avouer) qui la condamnera. L’auteur utilise les ingrédients propres au roman gothique pour mon plus grand plaisir. J’ai ressenti les craintes de Pauline, seule dans un château lugubre où elle craint, avec raison, pour sa sécurité.

J’aurais voulu en savoir plus sur Horace qui est le personnage le plus charismatique du roman mais celui-ci est plus centré sur l’amour impossible qui unit Nerval et Pauline puisqu’en héroïne romantique, elle est vouée à la fatalité.

Un beau et court roman, très bien écrit (il se boit comme du petit lait !) avec tout ce que j’aime à l’intérieur.

 

Note 

Publié dans Noir - Gothique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article